9 techniques à suivre pour réussir vos chasses aux corvidés

La saison et les beaux jours permettent encore de pratiquer la destruction à tir des corvidés. Pour vous aider à améliorer vos tableaux de chasse, je vous livre ici quelques conseils (merci à Christian Peboscq de la FDC 64) et des techniques que vous pourrez utiliser pour réussir vos sorties aux corvidés (principalement corneilles et corbeaux) :

corbeau en vol

Des techniques simples mais qui ont fait leur preuve

1) Préparez à l’avance un ou plusieurs affûts auxquels les oiseaux s’habitueront. Veillez à choisir si possible un emplacement naturellement camouflé (talus, fossé, haie), soit en bordure d’un champ où se rassemblent les corvidés, soit sur leur trajet entre la zone de nourrissage et le dortoir (mais à bonne distance de ce dernier, comme je vous l’indiquais ici dans un ancien article).

2) Pour un affût d’hiver ou de printemps, privilégiez l’affût au pied d’un grand arbre car les oiseaux s’y posent et peuvent y être tirés directement. En été ou à l’automne malheureusement, le feuillage les dissimule.

3) Positionnez l’affût si possible soleil levant dans le dos car les oiseaux percevront le moindre mouvement dans l’affût, le canon de l’arme qui bouge… etc. De plus, je peux vous assurer qu’avoir le soleil dans les yeux au moment du tir est quelque peu déstabilisant (ce fut d’ailleurs mon erreur principale lors de ma toute première sortie aux corvidés).

4) Confectionnez vos affûts solidement à l’aide de piquets ou barres (résistants si possible aux intempéries), recouverts de branchages, fougères, et mêlés de filet de camouflage. Si l’emplacement est sûr et pérenne, l’affût peut être plus élaboré (couverture du toit ou plantation de végétation pour le camouflage) ce qui permettra d’y venir en toutes saisons selon l’abondance d’oiseaux.

5) Disposez une quinzaine de formes fixes à 10-15 mètres de l’affût, en tout sens (comme si elles cherchaient leur nourriture), éventuellement agrémentés de tourniquets, formes flottantes, ailes battantes (nb : toutes ces formes sont autorisées à partir du moment où leur fonctionnement est manuel, mû par le vent ou électrique, et dans tous les cas dépourvu de composants électroniques – arrêté du 1er août 1986 modifié -).

6) Revêtir une tenue sombre ou de camouflage est indispensable pour chasser la corneille et les corbeaux, gants et cagoule (ou casquette filet) compris. Il est vrai que la vue perçante de ces oiseaux ne pardonne aucune erreur, aucun oubli du détail.

7) Les oiseaux arrivent dans bien des cas seuls ou par groupes de 2-3, voire davantage. En général, j’ai pu constater au cours de mes sorties qu’ils effectuent un premier survol des formes et passent parfois très près de l’affût, voire se perchent dans un arbre à proximité. S’il s’agit de jeunes, ces derniers se posent souvent directement au milieu des formes (pensez à bien les espacer !). Tirez les premiers oiseaux dès leur arrivée, sans attendre de rassemblement (les coups de feu éveilleraient alors la méfiance du reste de la troupe). Mais si une grande bande se présente spontanément, attendez que la plupart s’éloigne avant de tirer ; ainsi les autres non effrayés reviendront plus tard.

8) Si tout est calme, sortez rapidement ramasser les oiseaux morts, qui effraient parfois les suivants. Pour ma part, je tire principalement du plomb n°7,5 et cela fonctionne très bien, mais je sais par expérience que d’autres chasseurs apprécient des plombs plus gros ou plus petits (à ce sujet, n’hésitez pas à me dire dans les commentaires ce que vous utilisez personnellement). L’appeau est un gros plus pour appeler les oiseaux passant au loin, à condition bien évidemment de savoir l’utiliser (je possède le FT3 de Sam Neyt). Lorsque les corneilles et corbeaux répondent à l’appel et approchent, cessez d’appeler pour ne pas éveiller leur méfiance.

9) Afin de ne pas habituer trop rapidement les oiseaux aux formes, pensez à varier les dispositifs : 15 formes fixes un jour, puis 2 à 3 fixes seulement + une articulée la fois d’après, puis 30 formes fixes (+mobiles) la fois encore d’après en regroupant deux lots d’appelants, puis 2-3 corneilles vivantes, etc… Le tout biensûr espacé dans le temps et dans des affûts différents.

Conseils bonus pour éliminer un maximum de corvidés

La chasse dure en règle générale une à deux heures, voire plus. Disposer de plusieurs affûts en divers endroits de la commune ou du territoire et ne pas revenir deux fois de suite au même poste est un gage de réussite pour cette chasse, utile et ludique à la fois. Enfin, pensez à déclarer vos prises en fin de saison (Président d’ACCA, DDTM, piégeurs…) ! Cette démarche est importante pour que les autorités compétentes en la matière continuent de classer les corvidés comme « nuisibles » sur vos territoires (nous voulons par exemple tous éviter ce genre de chose).

Mes conseils bonus pour terminer :
-grattez les yeux et becs des formes si celles-ci sont recouvertes de velours ; cela leur donnera un aspect plus naturel
– si vous avez pour habitude de jouer au ping-pong, prenez quelques balles blanches et disposez-les autour de vos formes : les oiseaux vont les prendre pour des oeufs et se jeter dessus.

Partagez cet article sur: